Défis

Défis

La rénovation en centre ville d’immeubles anciens de plusieurs siècles présente plusieurs défis majeurs:

1. L’ACCES AUX ETAGES:
Dans le passé les commerçants et artisans habitaient dans les étages et travaillaient au RDC, ainsi l’escalier d’accès aux étages était souvent situé à l’intérieur de la boutique. Dans ce cas un nouvel accès doit être créé. Il est plus aisé de créer cet accès lorsque l’immeuble est à l’angle d’une rue, l’accès aux étages se fait par le côté du bâtiment ainsi la vitrine de la boutique n’est pas affectée.

Photo de gauche: en façade la boutique présente une vitrine et la porte d’entrée de la boutique. Comment créer un entrée indépendante pour l’appartement à l’étage? Il se fera par l’arrière du bâtiment avec un accès donnant sur la rue adjacente.
Photo de droite: L’immeuble se situe à un angle, la situation est plus simple. L’accès aux étage se fait par la ruelle.

2. MISE AUX NORMES : isolation, incendie, réseaux
Les murs mitoyens sont souvent très épais avec environ 80cm de pierre de schiste ou de granite mais l’isolation est en général à revoir dans son ensemble. L’isolation inclus l’isolation thermique avec l’extérieur et l’isolation phonique entre les étages. Les maisons à pan de bois sont par ailleurs très sensibles aux incendies, un feu peut détruire l’ensemble de l’immeuble en 1/2h. Pour limiter la propagation d’un incendie un coupe feu doit donc être installé entre la partie commerciale, les communs et les appartements. La mise aux normes des réseaux comprend la mise aux normes de l’installation électrique, composant par ailleurs essentiel de la sécurité incendie. La mise aux normes comporte également la séparation des eaux de pluie des eaux usées, par le passé elles étaient en fait déversées ensemble dans le Léguer. Aujourd’hui les eaux usées sont traitées en station d’épuration mais en cas de mélange avec les eaux pluviales les stations d’épuration risquent d’être saturées lors de fortes précipitations. La fibre étant actuellement en plein déploiement sur Lannion, il s’avère utile de prévoir les gaines dans les communs pour distribuer les appartement sans faire courir de fil apparent en façade.

Ancien escalier étroit remplacé par un escalier commun protégé par une paroi coupe-feu.

3. EVITER LES VIS A VIS AVEC LES VOISINS:
Les pièces des maisons anciennes sont parfois assez sombres. Avant d’ouvrir une nouvelle fenêtre, il est important de vérifier les règles de vis-à-vis parfois délicates en centre-ville. En effet afin de préserver l’intimité entre voisins, le code civil prévoit des distances minimales entre les fenêtres et la limite de propriété. Concrètement on ne devrait pas pouvoir « voir » chez son voisin, sous certaines conditions il est tout de même possible de créer un jour pour laisser passer la lumière. Lorsque la fenêtre donne sur une rue ou un espace public, aucune règle de distance ne s’applique. Pour connaître les détails de la réglementation cliquez sur le lien ci-dessous.

4. AVIS DE L’ARCHITECTE DES BÂTIMENTS DE FRANCE:
En secteur sauvegardé, les travaux affectant les façades sont soumises à l’acceptation de l’architecte des bâtiments de France. Contrainte? Oui car un ensemble de règles concernant les styles architecturaux devront être suivis. Non, car en secteur historique il est bienvenu de respecter ces règles destinées à préserver le quartier dans son caractère. Les habitants et les passants en profiteront tous. Pour les bâtiments inscrits ou classés, les règles sont plus approfondies. En effet elles ne concernent pas seulement l’aspect esthétique mais aussi les matériaux, le suivi par l’ABF sera également plus pointu.

5. TRAVAUX DANS LES RUES ÉTROITES:
Les ruelles du centre ville sont étroites et permettent difficilement le stationnement de camions ou de bennes ainsi que l’entrepôt temporaire de matériaux de construction. Le conducteur de travaux devra aussi prendre en compte le fait que chaque jeudi le marché occupe l’ensemble du centre ville. Le lundi matin est idéal pour les livraisons de matériaux, la plupart des commerces étant fermés.

Sur le pignon à l’arrière du bâtiment 4 fenêtres donnent directement sur la cour du voisin. Pour éviter les problèmes de vis-à-vis ces fenêtres seront bouchées. Par contre la façade donnant sur la rue l’ouverture de 2 nouvelles fenêtres et d’une nouvelle lucarne ne pose pas soucis.

Un lundi matin, livraison de matériaux avec monte charge. La livraison bloque la circulation des voitures dans la rue, mais pas celle des piétons.
Peinture en façade à l’aide d’une nacelle au lieu d’un échafaudage. L’utilisation d’une nacelle est plus souple qu’un échafaudage.
Dans le bas de la rue Taillandier deux beaux immeubles du XVIème siècle. Celui de gauche est partiellement classé monument historique (façade et toiture), la façade et la toiture de celui de droite sont partiellement inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Toute modification devra obtenir l’autorisation de l’Architecte des Bâtiments de France.
Aux 5 et 7 de la rue Geoffroy de Pontblanc se situe l’ancien hôtel de la famille Meur de Kergus, daté du XVIème siècle. Il a gardé sa magnifique porte gothique en granit finement sculpté. Il figure parmi les immeubles les plus anciens de la ville et a gardé ses éléments d’origine, y compris un magnifique escalier à vis en granit.
En y regardant de plus près, on constate une forêt de câbles juste au dessus de la porte et même traversant son montant: électricité, téléphone et maintenant la fibre! L’installation est certes simplifiée pour l’opérateur surtout pour une copropriété mais l’esthétique est malheureusement sacrifiée. Ce type de montage ne serait pas permis sur une monument protégé. En cas de rénovation complète, il sera utile de faire passer tous les réseaux dans des gaines cachées dans les communs.