7 r Taillandier

7 r Taillandier

L’immeuble au no7 rue Taillandier est un immeuble à pan de bois du XVIIème siècle construit en 2 campagnes 1626 et 1635 puis complété par une façade à vitrine vers 1670. Ses façades et sa toiture sont inscrites à l’inventaire des monuments historiques. Fin XIXème cet immeuble abritait un hôtel qui pouvait servir jusqu’à 500 couverts en utilisant le jardin situé à l’arrière. L’état sanitaire de l’ensemble est inquiétant et nécessite une rénovation dans les meilleurs délais. Le projet vise une réhabilitation complète de l’ensemble des 7-9 rue Taillandier avec la création de 2 commerces et 6 appartements. La grande particularité de cet immeuble reste dans sa façade à vitrine. Dominique Ronseray, Architecte en chef des Monuments Historiques, qui a eu l’occasion de restaurerquelques pans de bois de ce type, les décrit ainsi : « On appelle ainsi un ensemble où la surface vitrée est portée en saillie sur le nu de la façade. Le poteau de fenêtre devient alors intérieur et se transforme en élément de décor, permettant à l’intérieur d’avoir une pièce d’appui large, offrant sans doute une vue plus facile sur la rue. ».

Immeuble à pan de bois de 1626 complété par une façade à vitrine dans les années 1670. La déclaration au domaine du Roy de 1678 mentionne un droit d’étal, c’est à dire que le RDC était déjà à vocation commerciale. Lien entre l’ancien port et le centre historique la rue Taillandier, ou rue du Port, était un lieu de commerce et de négoce.

Sommaire
1. Albums photos
2. Articles de presse
3. Projet de réhabilitation
4. Particularités architecturales
5. Datation de la construction
6. Historique des propriétaires
7. Nom de la rue

1. Albums photos

L’immeuble de gauche au no5 est classé monument historique, celui de droite au no7 est inscrit monument historique.
Vue aérienne prise par Altibreizh
Vue d’ensemble no7 et no9. Photo aérienne par AltiBreizh.
Vue arrière de l’ensemble. La partie avec le toit en tôle bleue est en fait une ancienne cour. Le projet de rénovation prévoit de supprimer ce toit afin de retrouver la cour d’origine.
Après la dépose du hangar, la cour intérieure retrouve son aspect d’origine. Les fenêtres des façades sont à nouveau éclairées par le soleil et les bâtiments pourront être rénovés dans de bonnes conditions.

Diaporama de l’immeuble avant le début des travaux

00
01
Exterieur-1
02
03
04
05
06
07
08
09
10
00 01 Exterieur-1 02 03 04 05 06 07 08 09 10

Diaporama de l’immeuble après les déposes intérieures

01
02
03
04
05
06
07
08
09
11
12
13
14
15
17
01 02 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 15 17

Les diaporama seront complétés au fur et à mesure de l’avancement des travaux.

2. Articles de presse

08/09/2021 Article dans Ouest France
25/03/2021: Le Trégor « Deux ans de travaux pour deux immeubles historiques »

23/03/2021: Le Télégramme
« La cure de jouvence de l’ancien Café du Port ».

02/10/2020 Le Télégramme : « Un couple investit dans les veilles pierres du centre lannionnais » en pleine page
18/09/2020 Ouest France : « Ils croient en Lannion et investissent dans sa pierre » avec interview de Paul Le BIHAN, maire de Lannion, et Claude CHANDEMERLE, agent immobilier.
17/09/2020 le Trégor

3. Projet de réhabilitation

Le projet consiste en une réhabilitation dans les règle de l’art avec restauration de la façade en pan de bois. Le bâtiment étant inscrit monument historique pour les façades et la toiture, un soin particulier est accordé aux matériaux et techniques de rénovation. Le parti pris est de restaurer la façade à vitrine telle qu’elle était à la fin du XVIIème siècle. En effet nous n’avons quasiment aucune trace de la façade telle qu’elle se présentait à la construction en 1626 et la typologie de la façade à vitrine de belle valeur patrimoniale est particulièrement intéressante. Les demandes d’autorisation d’urbanisme ont été déposées en juillet 2021. Pour les monuments historiques le délai d’instruction du dossier est de 6 mois.

Vue du projet de rénovation de la façade, proposée par Marie LENNON, architecte du patrimoine
Les fenêtres à petit carreaux du XVIIème sont aujourd’hui disparues, mais sont remplacées par des fenêtres en bois équivalentes. La façade comportera un panneautage menuisé et des ardoises de Loquirec sur la partie haute. La pile de granite centrale sera par ailleurs rétablie.

Calendrier des travaux:
Mars 2021: désamiantage
Avril 2021: déposes intérieures et réouverture de la cour arrière
Mai 2021: diagnostics historique, structurel et sanitaire
Juillet 2021: dépôt du permis de construire
juin 2022: début du chantier de réhabilitation
Décembre 2023: réception du chantier et mise en location des appartements

4. Particularités architecturales

La grande particularité de cet immeuble réside dans sa façade à vitrine avec au 1er étage côté intérieur des colonnes cannelées à chapiteaux corinthiens typiques de la renaissance. Dominique Ronseray, Architecte en chef des Monuments Historiques, qui a eu l’occasion de restaurerquelques pans de bois de ce type, les décrit ainsi : « On appelle ainsi un ensemble où la surface vitrée est portée en saillie sur le nu de la façade. Le poteau de fenêtre devient alors intérieur et se transforme en élément de décor, permettant à l’intérieur d’avoir une pièce d’appui large, offrant sans doute une vue plus facile sur la rue ». A Lannion 3 maisons comportent une façade à vitrine mais de dimensions plus modestes. Par contre dans les villes portuaires telles que Morlaix et Saint Malo, ce type d’architecture est relativement courant avec clairement une influence anglaise dans les styles choisis. Daniel LELOUP, architecte et historien spécialiste des maisons à pan de bois, estime que cette façade est typique du milieu du règne de Louis XIV, c’est à dire autour des années 1670. Son ouvrage de « Maisons en pan-de-bois de Bretagne », référence sur ce thème, consacre d’ailleurs un chapitre à l’architecture des façades à vitrines.

Photo prise dans les années 1900. L’enseigne « Café du Port » est bien visible, la rue s’appelait effectivement la rue du Port à l’époque. Au dessus du 1er étage, la mention: « Salle des 500 couverts » qui confirme la réputation. Avec ses fenêtres généreuses, la façade à vitrine, illumine l’intérieur bien plus qu’une façade de type médiéval. Ce type de confort était très recherché au XVIIème mais également complexe à mettre en œuvre.
Photo prise en 1920, collection du musée Albert-Kahn. La parcelle à droite de l’immeuble n’était pas encore construite. La cour permettait à l’hôtel de servir des repas en extérieur et donnait également accès à la forge située à l’arrière.
Photos de la rue du port, prise depuis le milieu des quais. Les maisons jumelles à pan de bois sont bien visibles. Mais reconnaissez-vous l’immeuble de la pharmacie des quais ?
Au premier étage les colonnes renflées et cannelées à chapiteau corinthien, typiques de la Renaissance, complètent la façade à rideau. Cette disposition mise en place autour des années 1670 n’est pas celle de 1626. De la façade d’origine ne subsiste que quelques mortaises ne permettant pas de conclure sur la disposition d’origine.
Vue aérienne avec dans le fond la mairie en blanc ainsi que les églises de Saint Jean du Baly et de Brélévenez.
Vue de l’immeuble, côté nord. Au niveau de la toiture on distingue bien plusieurs étapes de construction, la plus ancienne étant celle de gauche et la plus récente celle de droite. La zone couverte sur le devant était au XIXème la cour du restaurant aux 500 couverts, alors qu’au XVIIème il s’agissait d’un jardin et d’une allée reliant la rue du Port à l’église.
Une lucarne de type Renaissance à l’arrière de l’immeuble, sur une façade actuellement peu visible. Le réaménagement de la cour la remettra en valeur.
Vue arrière du bâtiment avec sur la droite l’arrière de l’immeuble du Comptoir Irlandais. A proximité se trouve la fontaine des eaux ferrugineuses de Lannion.

5. Datation de la construction

Par analyse de style, les architectes des monuments historiques évaluent la date de construction de la façade à pan de bois autour des années 1600. Les archives quant à elles ne donnent pas de précision sur cette période reculée, les première indications de l’immeuble date des années 1650. Or lors des guerres de la Ligne un grand incendie a ravagé Lannion en 1598. Cet immeuble a-t-il échappé à l’incendie, ou s’agit-il d’une reconstruction. Une analyse par dendrochronologie menée en juillet 2021 a permis de dater précisément la construction: La partie sur rue date de 1626 et la partie arrière de 1635 environ. La construction de la première partie a dû s’étaler sur plusieurs années car plusieurs plusieurs poutres maîtresses sont datées de 1622. La datation a également pu confirmer que la charpente est bien d’origine.

Marie LENNON, architecte du patrimoine en charge de l’édifice, a reconstitué les principales étapes de construction.

Construction en 1626
1- coupe longitudinale montrant l’organisation des cheminées, laissant penser à un plan à 2 pièces.
2 – Coupe longitudinale montrant la circulation verticale avec l’escalier en vis. La position de l’escalier est théorique.
3- Plan du rez-de-chaussée. Accès sur rue : couloir latérale amenant à la vis. Commerce. Le cheminée se trouve au centre de la pièce
4 – Plan du R+1, organisation de l’espace en 2 pièces : 1 sur rue et 1 sur cour. Le positionnement des latrines n’est pas attesté.
Extension en 1635
Coupe longitudinale montrant l’extension côté cour, création d’une pièce supplémentaire par niveau.
Extension de 1635
Plan du rez-de-chaussée. Un local de stockage ou de réserve prend place à l’arrière du commerce. La double porte est elle mise en place à cette épqoue? Escalier droit entre RDC et R+1 (XVIIIème ou postérieur?)

La façade est ensuite remaniée à la fin du XVIIème avec l’installation des vitrines, probablement par Jacques THOME dans les années 1670. Vers 1800 un bâtiment est ajouté à l’arrière. Le XXème siècle a vu le recouvrement de la cour par un hangar rendant aveugles les fenêtres qui donnaient sur la cour arrière et rendant ainsi une bonne partie du bâtiment inexploitable.

6. Historique des propriétaires

La déclaration au domaine du Roy à Lannion de 1678 conservée aux Archives Nationales constitue le fond d’archives le plus ancien relatif à cet immeuble. La retranscription de ce fond réalisée par Yves BRIAND, archiviste de la ville de Paris, nous a permis de reconstituer l’histoire de l’immeuble au XVIIème siècle. Cette déclaration de 1678, décrit ainsi l’immeuble: Maison avec droit d’étal, cour et jardin, logements au derrière et droit de sortie par une allée. La mention de droit d’étal confirme le caractère commercial de l’immeuble, au moins de son RDC. La cour et les jardins débouchaient sur une allée donnant accès directement à l’église Saint Jean du Baly.

Déclaration au Domaine du Roy, rue du Quay, 1678

Le premier propriétaire connu est Gabriel CALLOET de KERBRAT (1618 – 1697) marié en 1639 à Jeanne Le GOUZ (1626-1703). A leur mariage Gabriel avait donc 20 ans et Jeanne seulement 13 ans. La famille CALLOET est d’origine de Plouigneau (à proximité immédiate de Morlaix) où elle possède le manoir de Lannidy sur une période de quatre siècles. Entre 1620 et 1630 une branche de la famille s’installe à Lannion, probablement en raison de la présence de l’auditoire qui attire en centre ville nobles et hommes de loi. La famille Le GOUZ est quant à elle une vieille famille noble de Lannion qui possédait notamment le manoir de Trorozec sur l’emplacement actuel de l’hôpital. La famille Le GOUZ possédait également plusieurs maisons au centre ville de Lannion. Érudit, Gabriel CALLOET fut économiste et philanthrope surnommé l’avocat général des pauvres, il fut avocat général de la Chambre des Comptes de Bretagne à Nantes en 1642 puis conseiller d’état en 1647. Aujourd’hui il est surtout connu comme précurseur dans l’agronomie avec l’amélioration des races locales de vaches et de chevaux. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l’agriculture et à l’élevage, qui lui ont donné une dimension nationale dont une correspondance avec Colbert. En 1678 il fonda l’hôpital général de Lannion. Revenu à Lannion suite à une lettre de bannissement en 1690, il vit pratiquement dans l’anonymat jusqu’à son décès en 1697 à l’âge de 80 ans. Une page Wikipedia lui est consacrée, ainsi que sur InfoBretagne.

Blason de Gabriel CALLOET de KERBRAT et son épouse Jeanne LE GOUZ, Dame de Keramoal (Armorial d’HOZIER)
Signature de Gabriel CALLOET de KERBRAT en 1663

En 1662 suite à un procès perdu qui le ruine, Gabriel CALLOET de KERBRAT vend l’immeuble à sa fille Marie Anne CALLOET (1647-1711) qui épouse en 1673 Jacques THOMÉ (1623-1710), Sieur de Keridec, bourgeois et marchand de la ville de Lannion qui fut anobli par la suite. Ce dernier était déjà propriétaire de l’immeuble voisin au no5 suite au partage de la succession de ses parents en 1653. La famille THOMÉ était d’origine d’Irlande. A Lannion cette famille a prospéré et a donné quatre magistrats municipaux à la ville, d’ailleurs tous prénommés Jacques. Le 3ème du nom Jacques THOMÉ né en 1623 fut successivement Banquier, Maire de Lannion, Conseiller Secrétaire du Roi. En tant que banquier il a accordé des prêts à des nobles, la ville de Lannion même la communauté de religieuses hospitalières de Saint Anne. Un comble car traditionnellement les hommes aisés faisaient plutôt des dons pour ces œuvres. Vers la fin de sa vie il lègue tout de même au moins deux maisons et dépendances à Kermaria pour l’hôpital de Lannion Il meurt en 1710 à l’âge de 87 ans dans son manoir de Crec’hugien à Lannion.

Blasons de Jacques THOMÉ, Seigneur de Keridec, Conseiller Secrétaire du Roi en la Chancellerie de Bretagne et de son épouse Marie Anne CALLOËT
Signatures du testament de Jacques THOME et Marie Anne CALLOET en 1710

En 1800 l’immeuble est possédé par Etienne-Joseph LUCAS, Sieur de Kergoat. En 1764 il avait épousé Marie-Jacquette ILIXANT, la fille de Michel ILIXANT, Maire de Lannion en 1723. Le couple LUCAS possédait également le prestigieux hôtel de Kersauson sur la place du centre en face des halles et de l’auditoire.

Signature de Etienne-Joseph LUCAS, Sieur de Kergoat, lors de son aveu de l’hôtel de Kersauson en 1777
Plan d’alignement réalisé en 1812 sur les bases du plan d’Anfray de 1763. Ces plans mentionnent surtout les détails côté rue et s’intéressent assez peu à l’arrière des bâtiments. L’immeuble du no7 est visible rue de la Rive, juste au dessus du « La ». On note la présence d’une venelle aujourd’hui disparue rejoignant l’église St Jean du Baly. Par contre le bâtiment de logements à l’arrière de l’immeuble est absent de ce plan. Les 2 immeubles au dessus de « Rive » sont en partie barrés d’une droite, il s’agit d’un projet d’alignement qui a bien été réalisé. Il s’agissait d’élargir les rues et de les aérer.

En 1821 l’immeuble est possédé par Pierre-Julien-François TANQUERAY, négociant originaire de Granville. En 1823 le recensement indique que la maison est un magasin sans habitant, la fonction de l’immeuble était donc purement commerciale et probablement liée à l’activité du port. Ses affaires ont dû bien prospérer car il réussit à acquérir plusieurs immeubles à Lannion notamment rue Suzeraine avec le Café de l’Orient anciennement hôtel Kersauson, un ensemble de bâtiments rue du Quay juste sous l’église, un ensemble de maisons au pied des Ursulines et même la Corderie Royale acquise en 1830. Après sa mort survenue en 1850, l’essentiel de ses biens seront distribués entre ses 3 enfants mais notre maison rue du Port est cédée à sa fille mariée à Pierre Marie Le GOAZIOU, négociant de Tréguier, qui possédait déjà plusieurs maisons et commerces rue de Tréguier à Lannion et rue du Quay où ils résidaient.

Suite au décès de Pierre-Julien-François TANQUERAY en 1850, délivrance de leg avec la signatures des membres de la famille TABQUERAY et de Le GOAZIOU
Cadastre napoléonien de 1827, l’immeuble est situé sur la parcelle 1071 et donne sur une cour. Le bâtiment de logements à l’arrière de l’immeuble est bien visible et présente une mitoyenneté avec deux maisons dans la cour de la fontaine d’eau ferrugineuse.

En 1851 la famille Le GOAZIOU acquiert l’immeuble, suivie par Pierre Nicolas BRIAND en 1861. En 1894 François Le COZIC, recteur et aumônier rue Saint Yves, qui possédait déjà un jardin mitoyen devient propriétaire mais deux ans plus tard il le revend à Charles LAMOUR propriétaire de l’immeuble voisin au no5. Ces immeubles devaient être mis en location car Charles LAMOUR résidait en fait rue Saint Malo où il possédait déjà plusieurs maisons.

Signatures d’acte notariés: François Le COZIC cède l’immeuble à Charles LAMOUR en 1894

En 1919 l’immeuble et ses dépendances sont vendues par adjudication à Jean le CALVEZ, marchand de meubles, et son épouse Jeanne ALLAIN pour la somme de 19.100 francs, selon l’INSEE l’équivalent de 2.5 millions d’Euros aujourd’hui !

Photo du milieu XXème. L’immeuble est à l’enseigne CALVEZ ALLAIN, Au petit Breton, Fabrique de meuble (inscription sous la corniche). L’immeuble à droite est récent. A l’origine la rue du Baly passait à cet endroit et comme d’autres venelles moyenâgeuses du centre elle a été obturée et remplacée par des constructions.

En 1961 l’immeuble est transmis de la famille CALVEZ à la famille LEQUERE: Louise Anaise Le CALVEZ, veuve de Albert Yves Marie LEQUERE, transmet l’immeuble à Paul LEQUERE par donation. Cet immeuble reste dans la famille LEQUERE jusqu’à l’acquisition en 2020 par la SCI JEPE Trégor.

7. Nom de la rue

La rue Emile le Taillandier s’appelait autrefois la rue du port ou rue de la rive. C’est ici qu’on effectuait les pesées du roi qui déterminaient les taxes pour chaque marchandise. Elle a ensuite été renommée en mémoire du maire de Lannion Emile de Taillandier qui succéda à Emile Depasse. Il fut maire entre 1876 à 1888 et a notamment inauguré la ligne de chemin de fer entre Plouaret et Lannion, qui permettait pour la première fois de rejoindre Paris en train.
La source des eaux ferrugineuses de Lannion est connue depuis le XVIIème siècle. Un médecin du Roy en a fait l’analyse en 1630 et en a conclu que les eaux étaient très salubres pour la restauration de la santé et contre plusieurs maladies longues. Ces eaux contiennent du fer, du soufre et du vitriol. Plusieurs personnalité dont le corsaire malouin Duguay-Trouin et le Duc d’Aiguillon ont suivi ici des cures au cours du XVIIIème siècle. Aujourd’hui la source n’est malheureusement plus potable et son débit a fortement diminué.